Retour en haut
Menu

La naissance de la Cité

NAISSANCE DE LA CITÉ DE LA VOILE

En juin 1998 disparaissait Éric Tabarly, laissant à l’histoire une vie d’aventures océaniques, de courses au large et d’innovations technologiques. Lorient Agglomération et l'Association Éric Tabarly ont alors décidé en 1999 de créer la Cité de la Voile Éric Tabarly à Lorient.

Le musée a ouvert ses portes en 2008, son parcours de visite a été entièrement remodelé en 2015.

La Cité de la Voile au coeur de Lorient La Base

La Cité de la voile Éric Tabarly, inaugurée en 2008, bat le pavillon de Lorient La Base, le quartier événementiel de l’agglomération lorientaise, au coeur de la Sailing Valley. Cet espace muséographique est un lieu unique de découverte culturelle, scientifique et technique dédié à la voile et la course au large, et a accueilli plus de 600 000 visiteurs. La Cité de la Voile est devenu le totem de ce site autour duquel gravitent une variété d’activités touristiques et culturelles, et vers lesquelles convergent, tous les ans, des centaines de milliers de personnes. C’est aussi un lieu d’événements, d’animations…

 

Concepteurs de la muséographie

Au premier semestre 2015, les cartes de la Cité de la Voile ont toutes été rebattues pour surprendre son public, ses publics, en lui faisant vivre de nouvelles sensations et le rendre acteur de sa visite. La Cité a ainsi renoué avec son ADN de musée précurseur "à vivre et à toucher". Nouveau fil rouge, nouvelle scénographie, nouvelle organisation, nouvelles animations, nouvelles technologies, nouvelles sensations…

  • Maîtrise d’ouvrage : Lorient Agglomération / Lorient
  • Maîtrise d’œuvre : L’agence d’architecture et de scénographie ASA – Atelier Sompairac, spécialisée dans la fabrication de scénographies, d’expositions permanentes, pour des musées ou des centres d’interprétations, dans les domaines des sciences et des techniques, de l’histoire ou des Beaux-arts. Parmi ses réalisations, le musée des Invalides ou le Palais de l'univers et des sciences (PLUS) à Cappelle-la-Grande, le Centre d’interprétation et d’animation du patrimoine (CIAP) à Rezé, etc.
  • Assistance à maîtrise d’ouvrage : Lordculture, spécialisé dans la mise en valeur des ressources culturelles de la conception et définition de projets à la gestion de sites touristiques et culturels : études de faisabilité, programmation architecturale et muséographique, assistance à maîtrise d’ouvrage. Parmi ses références, la Cité de l'Espace (Toulouse), le Conservatoire des créations Hermès (Pantin), l’Hôtel de la Monnaie de Paris, le Musée du Louvre, le Musée du Quai Branly ou le Natural History Museum de Paris.

 

L’association Éric Tabarly, un parrainage d’exception

Présidée par Jacqueline Tabarly, cette association est née après la disparition en mer du marin, en 1998. Elle a pour but de poursuivre l’œuvre maritime et éducative d’Éric Tabarly en maintenant en condition de navigabilité les Pen Duick dont le port d’attache est la Cité de la Voile Éric Tabarly.

Les pontons  de la Cité de la Voile (accessibles dans le cadre de la visite) accueillent au fil de l’année les escales de ces cinq bateaux emblématiques et d’autres voiliers remarquables. L’association Éric Tabarly a également ses locaux au sein de la Cité de la Voile.

 

EN SAVOIR +

 

La Sellor, gestionnaire du site

La gestion de la Cité de la Voile Éric Tabarly a été confiée, dans le cadre d’une délégation de service public, à la Sellor, société d’économie mixte dont Lorient Agglomération est l’actionnaire majoritaire. La Sellor gère déjà 16 équipements de loisirs et de tourisme, à vocation nautique ou touristique et culturelle, répartis sur 13 des 19 communes de Lorient Agglomération.

Avec plus de 90 salariés permanents, la Sellor organise ses activités autour de 5 grands pôles, sur 13 communes de Lorient Agglomération :

- un pôle Loisirs nautiques

- un pôle Hébergement : camping de la fontaine et gîtes du lain

- un pôle Ports de plaisance

- un pôle Visites et découverte

- la Cité de la Voile Éric Tabarly

 

EN SAVOIR +

 

Un bâtiment signé Jacques Ferrier

La Cité de la Voile Éric Tabarly illustre parfaitement la politique de développement durable et solidaire menée par Lorient Agglomération, capitale régionale du développement durable. En 2001, c’est l’agence Jacques Ferrier (Projet Hypergreen à La Défense, ambassade de France en Chine…),  qui gagne le concours d’architecture. Son projet mettant en avant les démarches de Haute Qualité Environnementale (HQE) a fait la différence.

 

Nef de métal et ossature transparente semblant en suspension au-dessus des quais et rejoignant « la Tour des vents », le bâtiment offre un contraste saisissant face à la lourdeur des masses de béton des anciens abris à sous-marins du site. Ce signal surplombe l’ensemble et relie, par une passerelle, les pontons destinés aux Pen Duick et l’espace muséographique. L’ouvrage est léger et sert de support à une plate-forme accessible aux visiteurs par la passerelle haute. De là, ils pourront contempler les bateaux amarrés, l’activité sur les pontons voisins, et au-delà un vaste panorama. A l’intérieur, l’utilisation du bois sur la voûte du bâtiment fait référence à l’architecture navale.

La Cité de la Voile Éric Tabarly économise l’énergie et intègre les nouvelles normes HQE. 150 m² de capteurs solaires produisent 20 % de la consommation électrique (hors exposition). Le pompage d’eau de mer permet par échange thermique la production de chaleur et de froid.

 

Des choix architecturaux judicieux permettant de maîtriser les apports solaires :

  • matériaux de la coque et système de ventilation et récupération de chaleur ;
  • protection solaire de la façade vitrée par l’avancée de l’étage ;
  • masque solaire au 1er étage assuré par les panneaux photovoltaïques ;
  • utilisation d’énergie renouvelable : l’énergie solaire photovoltaïque est largement mise en avant dans ce projet, les cellules étant implantées sur la façade sud-ouest du bâtiment.
    Avec 150m² de capteurs, cette installation permet de réaliser environ 10% de la consommation électrique du bâtiment hors équipements scénographiques.

 

Des choix de technologies assurant une utilisation rationnelle de l’énergie ainsi que l’exploitation des ressources naturelles du site :

  • produire de l’énergie thermique et frigorifique avec un rendement élevé (pompage de l'eau de mer, avec des pompes à variation de vitesse ajustée à la demande pour réduire les consommations énergétiques lors des faibles demandes) ;
  • rafraîchissement en été du rez-de-chaussée par circulation d’eau de mer dans le plancher réversible chauffant / rafraîchissant.