Retour en haut
Menu
  •  

Flash Back 10 ans : les voiliers volants

En 2010, de février à décembre, la Cité de la Voile a accueilli une exposition temporaire sur l’épopée des voiliers volants « Skippers du ciel… L’aventure des voiliers volants ».

 

Ne plus flotter mais voler au-dessus de l’eau, c’est ce que sont capables de réaliser ces incroyables engins, pas tout à fait bateaux, pas tout à fait avions. Ils pulvérisent par la même occasion des records de vitesse.

 

Au milieu des années 1970, Eric Tabarly avait déjà imaginé et dessiné un trimaran sur hydrofoils. Il en fut l’un des précurseurs, mais les matériaux de l’époque ne permettaient pas de le fabriquer, il fallait attendre les matériaux composites.
Il y a huit ans, la Cité qui porte son nom retraçait l’épopée technologique des voiliers volants.

 

 

une approche sensorielle

Images, vidéos époustouflantes, simulateur de vol, maquette de voilier à faire déjauger par traction, témoignages, et nombreux matériaux à manipuler… cette exposition a abordé avec une approche sensorielle l’aventure de la voile moderne, menée aussi bien par des aventuriers que par des laboratoires de recherche.

 

 

un parcours demesure et interactif

L’entrée dans l’exposition était une immersion complète dans l’univers des « skippers du ciel ». Face au visuel géant d’un voilier volant au-dessus des flots, nous étions « immergés » sous le niveau de la mer puis invités à nous élever entre mer et ciel tels ces voiliers…

 

S’envoler, manipuler, piloter… nous pouvions expérimenter les principes de portance, de trainée et de déjaugeage des foils et les comparer aux mouvements des ailes d’avions. Ainsi nous comprenions la combinaison de facteurs et d’énergies ayant permis aux voiliers de « s’envoler » !

 

Un simulateur de vol nous permettait de nous mettre dans la peau des skippers de voiliers volants. Joystick en mains, nous nous rendions vite compte de la complexité à maîtriser la stabilité de tels engins.

 

Dispositif central de l’exposition, une reproduction au tiers de l’Hydroptère était suspendue dans les airs. Les bruits de vagues et de vent venaient en accentuer le réalisme. Depuis une passerelle surplombant la coque, nous vivions les sensations des navigateurs lorsque l’engin décolle et surfe à la surface de l’eau.

 

 

l'hydroptere au ponton de la cite de la voile

L’exposition a dévoilé les prouesses technologiques de ces hydrofoils.

 

Le 3 mai 2010, l’exposition se « prolongeait » par la mise à l’eau de l’Hydroptère, qui est resté amarré une semaine au ponton de la Cité de la Voile Eric Tabarly.

Le public est venu nombreux découvrir grandeur nature celui qui était à l’époque le voilier le plus rapide de la planète, l’un des fils conducteurs de l’exposition « Skippers du ciel… L’aventure des voiliers volants ».

 

Alain Thébault et son équipe ont tenu le rôle d’ambassadeurs de cette exposition retraçant l’épopée de ces aventuriers de la voile moderne : projections gratuites, séances de dédicaces, échanges avec le public et même visites de l’Hydroptère… se sont succédées le 8 mai 2010.