Retour en haut

 

Billets

Menu
  •  

Pen Duick V

Le précurseur des 60 pieds

Pen Duick V, monocoque de 35 pieds conçu pour la Transpacifique San Francisco Tokyo en solitaire, est le premier voilier de course à ballasts. Pour concevoir ce coursier qui doit être performant au portant, Tabarly s’adresse à un duo d’architectes, Michel Bigoin et Daniel Duvergie, concepteurs de l’Aikido, un voilier de série de 10 m qui l’avait séduit. Comme ses prédécesseurs Pen Duick III et IV, ce bateau est construit en aluminium aux Chantiers de la Perrière à Lorient. Mis à l’eau le 4 janvier 1969, il se caractérise par une carène planante avec des lignes arrière larges et porteuses. Pen Duick V est doté d’une quille longue et profonde (2,30 m) avec une torpille de 400 kilos et équipé d’un trimmer sur le bord de fuite pour combattre la dérive. Son originalité tient au système de ballasts imaginé par Éric Tabarly pour renforcer la stabilité. 20 minutes sont nécessaires avec une pompe manuelle pour remplir ces ballasts de 500 litres d’eau de mer. Un système que l’on retrouve aujourd’hui sur les monocoques de 60 pieds ou les Figaro. Une trouvaille de plus de Tabarly, précurseur dans de nombreux domaines. 
Pen Duick V est gréé en sloop. Grâce à un dispositif astucieux de focs jumeaux de 65 m2 sur des étais à rouleaux tenus au point d’écoute par des tangons télescopiques de 7,50 m, son plan de voilure passe de 63 m2 au près à 150 m2 au portant.
Pen Duick V est la star de cette Transpacifique (6000 milles entre San Francisco et Tokyo) qui s’élance de San Francisco le 15 mars 1969. Choisissant une route Sud, Tabarly domine largement cette course et rallie la baie de Tokyo en vainqueur en 39j 15h 44 ‘. Il devance de 11 jours le second, Jean-Yves Terlain sur un Arpège.
Ce sera la seule course de ce monocoque novateur. Revenu en France par cargo, il est mis en vente par le port de Saint-Raphaël qui l’avait financé. Son acquéreur le modifie, supprimant notamment les ballasts pour le rendre plus confortable et agréable à la mer. Pendant une vingtaine d’années il est utilisé pour des croisières avec des propriétaires différents. 

En 1992, le Musée national de la Marine s’en porte acquéreur et l’inscrit à l’inventaire sous le numéro 1 PM 21. De 1998 à 2000, dans l’esprit défini avec Éric Tabarly, le bateau est restauré à Cherbourg et Vannes en vue de naviguer à nouveau. Le musée de la Marine reçoit l’aide de la Fondation Le Roc’h les Mousquetaires et de l’AFPA : Pen Duick V rejoint l’École Nationale de voile de Beg Rohu où il entame une nouvelle carrière. Il participe à plusieurs régates comme la Tall Ship Race à Cherbourg, la Nioularge à Saint-Tropez ou des évènements comme la semaine du Golfe du Morbihan. En juillet 2017, il est confié à l’Association Éric Tabarly qui l’entretient et le fait naviguer.

 

 

Fiche technique

Architecte : Michel Bigoin, Daniel Duvergie et Chantier la Perrière
Constructeur : Ateliers et Chantiers de la Perrière à Lorient

Port d'attache : Lorient

 

Lancement : 1969 
Longueur hors tout : 10,67 m
Longueur à la flottaison : 9,15 m
Déplacement : 3,2 tonnes dont 0,4 de lest
Largeur : 3,50 m
Tirant d’eau : 2,30 m
Gréement : Sloop Marconi
Surface de voilure au près : 63 m2
Mise à l'eau : 4 janvier 1969
Matériau : Duralinox

 

 

Les autres Pen Duick

 Pen Duick

 Pen Duick II

 Pen Duick III

 Pen Duick IV

 Pen Duick VI